Organisation horizontale

Ressources sur notre organisation horizontale

Qu’est-ce qu’une organisation horizontale ?

Une organisation horizontale est un mode de fonctionnement comprenant l’ensemble des règles d’interactions relationnelles et organisationnelles. Ces dernières permettent à une structure de fonctionner selon un mode de gestion participatif et équilibré, sans qu’une personne ou un groupe soit voué à prendre unilatéralement les décisions relatives à l’ensemble du collectif.

Il s’agit donc d’une gestion plus démocratique, redonnant de l’importance aux individu·e·s et donnant la voix à toutes les personnes concernées par un projet. Soit donc un modèle plus équitable et résilient.

Les valeurs sous-tendues par ce modèle sont celles d’Extinction Rébellion : nous devons redonner le pouvoir d’agir aux individu·e·s ; équilibrer leurs rapports ; limiter les rapports de pouvoir ; donner la possibilité à chacun·e d’être autonome en permettant au mouvement d’être décentralisé.

Principe d’holacratie

Notre système est basé sur un principe d’holacratie. Il s’agit de la mise en place d’une structure visant à répartir des responsabilités et des prises de décisions communes à chaque membre du groupe. Par opposition à la hiérarchie, l’holacratie permet de réduire le pouvoir lié à une autorité de rang supérieur grâce à un système d’autorité distribuée avec des équipes auto-organisées. Ainsi, la structure verticale d’une pyramide hiérarchique s’aplatit pour redonner le pouvoir décisionnel à l’individu·e.

5 principes d’auto-organisation

L’organisation horizontale favorise l’intelligence collective d’un groupe, tout en le maintenant souple, afin de permettre des décisions réfléchies et rapides selon les situations et lorsqu’elles sont inhabituelles.

1. Une autorité distribuée

• Une personne ou un groupe de personnes possèdent une tâche avec un mandat clair/ une Raison d’Être (Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ? Comment le faisons-nous ? Pour qui le faisons-nous ?)

• Ces personnes disposent pleinement de leur autorité à prendre des décisions et agir dans le cadre de ce mandat

• Quand ces personnes prennent une décision, elles sont pleinement responsables d’aller chercher des ressources dans leur propre expérience de vie

2. L’auto-organisation en groupes

• Chaque groupe (groupe de travail, cercle, etc.) a son propre mandat et peut définir ou affiner ses tâches

• Pour les grandes tâches comportant une forte zone de pouvoir, le groupe peut créer un sous-groupe (un « pool ») qui sera lui-même auto-organisé

• Le consentement et les liens interindividuels garantissent qu’aucun·e membre n’a de pouvoir sur un·e autre, et atténue les négativités émotionnelles d’une structure hiérarchique

• Ce sous-groupe est alors une structure élargie par rapport au groupe initial

• Chaque niveau de la structure est légèrement plus éloigné de la réalité et adopte une vision plus large de ses ressources, objectifs et priorités.

3. Un pouvoir décentralisé

• L’autorité est répartie en rôles ou pools selon un processus de décision collectif. Les mandats donnent le pouvoir de prendre des décisions opérationnelles.

• Pour ajouter/changer un rôle/pool, un·e membre fait une proposition. L’idée initiale serait de résoudre un problème ou une tension. Chaque membre du groupe a la possibilité d’y faire une objection ou de bonifier la proposition pour qu’elle convienne à l’ensemble du groupe

• Les objections sont encouragées, car elles représentent des informations importantes qui peuvent être intégrée pour améliorer la proposition, avant qu’elle ne soit acceptée ou retirée

• L’objectif est d’obtenir un projet réalisable qui permette d’aller de l’avant

• La décision peut être réexaminée ultérieurement : elle n’a pas besoin d’être parfaite du premier coup

4. Des groupes liés

• Les coordinateurs·trices externes participent aux réunions de cercles plus larges en tant qu’égaux ou égales

• Cela donne à chaque sous-groupe un pouvoir égal de soulever des tensions pendant la prise de décision dans le cercle élargi si des tâches sont créées/modifiées

5. Une transparence radicale

• Les rôles et les pools doivent être tenus à jour et visibles par tout le monde à chaque réunion

• Cela permet à chaque membre de découvrir la structure et de savoir qui contacter dans la prise de décisions au quotidien

• Les procès-verbaux et autres documents pertinents doivent être transparents, afin que l’ensemble de l’organisme ait un aperçu de l’historique de chaque partie


Notre structure horizontale et décentralisée

Horizontal signifie qu’il n’y a pas de hiérarchie formelle comme dans un parti politique ou une association, où un comité élu prend seul des décisions qui concernent l’ensemble des membres. En réunion, nous employons des processus décisionnels qui visent à répartir le pouvoir dans la collectivité tout en gardant la souveraineté individuelle.

Décentralisé signifie que n’importe qui peut organiser une action ou un projet au nom du mouvement tant que nos Principes et Valeurs sont respectés. Décentralisé signifie aussi que le pouvoir est réparti entre chaque membre, groupe ou projet: il n’y a pas une zone dans le mouvement où les décisions ont plus de poids. Selon la zone où le pouvoir peut se loger, nous employons diverses méthodes pour le réduire comme par exemple les rôles à temporalité, l’usage d’une facilitation, le tirage au sort, la prise de décision par consentement, et bien d’autres…

L’assemblée en plénière

La plénière est une assemblée réunissant quiconque souhaite venir.  Il s’agit d’une réunion libre d’accès, ouverte au public, qui réunit des personnes impliquées dans des projets ou des groupes de travail au sein d’XR. À Lausanne, nous organisons des plénières toutes les deux semaines.

Les buts d’une assemblée en plénière:

  • Faire un état des lieux de chaque groupe de travail
  • Permettre le partage d’informations afin de réduire les échanges numériques et de rendre possible la participation active.
  • Demander des avis sur un questionnement ou un projet en cours (une “prise de température”)
  • Offrir un moment où le mouvement se réunit afin de renforcer les liens et faciliter l’intégration des nouvelles personnes

La plénière ne possède aucun pouvoir décisionnel hormis pour elle-même. Il s’agit uniquement d’un échange d’informations, de conseils, et d’un moment convivial.

Le groupe de travail (GT)

Le groupe de travail (GT) est l’organe essentiel de la structure. Il comprend des personnes impliquées dans un groupe de tâches définies par le nom du GT. Nous insistons sur le fait qu’il n’est pas nécessaire d’être spécialiste d’un domaine: nous nous formons et apprenons à l’interne.
Chaque groupe de travail est autonome et auto-organisé.

Les groupes de travail s’organisent, puis prennent des décisions en gouvernance horizontale. Ils peuvent demander l’avis de la plénière si une décision est difficile à prendre.

Les groupes de travail peuvent prendre des décisions sur un sujet de leur domaine et former des Pools.

Rejoindre un groupe de travail

Voir la liste des groupes de travail à Lausanne

Le pool

Le pool est un groupe de quelques personnes chargées de mener à bien une tâche, comme par exemple l’élaboration de ce site-web. Une fois que le Pool a accompli la tâche, il se dissout. L’avantage du Pool est qu’il peut, en cas de besoin, mettre en lien des personnes de différents groupes de travail si le projet se veut inter-disciplinaire. Par exemple: l’élaboration de ce site web est le fruit du travail d’un Pool comportant des membres du GT Outreach & Intégration, du GT Média & Communication, du GT Sciences et du GT Assemblées Citoyennes & Populaires.

Le cercle de coordination

Le cercle de coordination est un organe faisant le lien entre tous les GT. Il s’agit d’une réunion régulière et représentant tous les GT. C’est un moment d’échange d’informations et de prise de décision sur un sujet qui, soit ne concerne aucun GT, soit les concerne tous en même temps. Le Cercle de Coordination est une zone de pouvoir que nous reconnaissons et que nous atténuons en organisant un tournus des représentant·e·s de chaque GT.

Le groupe d’affinités (GA)

Le groupes d’affinités (GA) est l’unité de base sur une action. Il s‘agit d’un groupe de personnes qui connaissent leur rôle et sont en mesure d‘agir pour l’efficacité de l’action. L‘objectif est d’avoir une structure de plusieurs GA qui, ensemble, rendent l’action aussi efficace que possible. Un GA est organisé de manière non-hiérarchique et autonome, en agissant de manière organique et prenant parfois des décisions ponctuelles.

Certains GA sont permanents, d’autres éphémères. En effet, certaines affinités se forment uniquement pour l’action, tandis que d’autres retrouvent régulièrement et passent du temps ensemble, vont aux réunions et s’investissent dans un projet commun.

Les autres branches à Lausanne

L’aspect décentralisé du mouvement a vu naître d’autres branches afin que tout le monde y trouve sa place. Ce sont des branches locales dont les membres adhèrent aux Principes et Valeurs tout en se concentrant sur d’autres aspects de la lutte.

Voir les autres branches à Lausanne

Un pas vers le changement

Cette structure n’est pas habituelle dans le type de société que nous avons actuellement. En effet, la société capitaliste telle que nous la connaissons oublie totalement de nombreuses manières de fonctionner. Et pourtant, celle que nous proposons ici permet de réunir les besoins de chaque personne dans ce projet pour un monde meilleur. Seulement, voilà: fonctionner ainsi n’est pas habituel. Le productivisme et le consumérisme tendent à nous éloigner de nos émotions pour nous mettre au service d’une entreprise, tandis qu’XR propose justement d’entreprendre une lutte pour le vivant en mettant au centre nos besoins en tant qu’individus. Nous déconstruisons nos schèmes pour amener plus de bienveillance et de résilience dans le futur que nous proposons – pour nous-mêmes, mais aussi pour les autres et pour l’environnement.

Vous n’obtiendrez pas d’argent mais y gagnerez une richesse considérable.

♥ la meilleure façon de comprendre est de s’y impliquer ♥